Le peigne en corne dans l'Ariège

Vous êtes ici : www.peigne-corne-azema-bigou.com / Notre Héritage

Vous souhaitez en savoir plus sur l'histoire du peigne en corne en Ariège ? Découvrez ci-dessous l'histoire de cet objet rare qui remonte à la préhistoire et faites-vous ainsi une meilleure idée du travail de la société AZEMA BIGOU !


L'histoire du peigne en corne dans l'Ariège

Le peigne en corne est un objet ancestral dont on retrouve des vestiges jusque dans la préhistoire. Dès le Moyen Age, le bois des collines du Plantaurel (buis, alizier, hêtre), servait à sa fabrication.

Peu à peu, pendant les journées d’hiver, les gens du pays ont appris le savoir-faire de ce métier alors totalement manuel. La technique du travail de la corne est supposée avoir été introduite par les Sarrasins ou rapportée de la Terre Sainte par les Croisés.

Après la révocation de l’Edit de Nantes, les protestants, sous la protection des autorités locales, ont développé cet artisanat. À partir de 1860, cette activité a connu un très gros essor avec l’arrivée d’Angleterre via la Normandie, de nouvelles machines.

Les chutes d’eau de la Vallée de l’Hers, libérées par la décadence du travail du jais, ont alors favorisé l’installation de nombreuses manufactures.

Dans les années 1900 à 1930, l’industrie du peigne en corne employait 1500 ouvriers répartis dans une cinquantaine d’entreprises.


Le peigne en corne : un produit haut de gamme

Fabrication de peignes en corne

L’apparition des presses à injecter le plastique a porté un coup fatal à la fabrication traditionnelle des peignes taillés dans la masse. Dès lors, le peigne en corne a été marginalisé devenant un produit haut de gamme.

Depuis plus de deux siècles, la corne est importée d’Amérique du Sud et d’Afrique.

La corne et le cheveu sont constitués du même élément : la kératine. Ce qui établit un contact totalement naturel entre la chevelure et le peigne.

Si au fil du temps la fabrication s’est quelque peu modernisée, avec ses 12 à 15 opérations, elle reste très manuelle et artisanale.

Haut de page